Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 12:20

Michel Jacquier - Carnet n°4
Artist spotlight

Notes et Carnets d'impressions de

Pascal Levaillant (melodymaker)

"Regards croisés" avec d'autres artistes, mosaïstes, peintres, plasticiens, performers, installateurs, sculpteurs, musiciens, photographes, vidéastes, cinéastes, écrivains... etc...


Février 2010
Autoportrait60ans

Avec l'aimable participation et contribution de
Michel Jacquier.

Crédits photos:  Michel Jacquier,  avec son aimable autorisation, tous droits reservés et reproduction interdite sans l'accord de l'auteur.


1- à propos de Michel Jacquier: 
Mes notes et  mon carnet d'impressions.

 


Michel Jacquier

Mosaïste autodidacte de la région parisienne et retraité, consacre tout son temps à ce qui est devenu sa  passion: La Mosaïque.


Comment j'ai rencontré Michel?


Tout d'abord à Paris en me rendant chez Championnet Mosaïque,  je passe devant la vitrine de leur galerie 198 rue Championnet 75018 PARIS.

Je découvre une mosaïque insolite d’une reproduction, d’une interprétation d’un « Corto Maltese ».

Très friand d’Hugo Pratt, je m’attarde un peu.

Pour finir je découvre un nom : Michel Jacquier

Simultanément  je découvre peu à peu Passion Mosaïque et son forum, sa galerie.

Je reconnais entre mille Michel Jacquier sous son pseudo par  son style unique.

Six mois plus tard je retrouve Michel  et une de ses œuvres aux Rencontres Internationales de Mosaïque de Chartres(2008)

Je fais sa connaissance très brièvement en raison de mon passage très rapide ce jour-là.

Nous nous sommes revus à Paris en novembre 2009 à l’occasion de mon expo à la Galerie de l’Angle, 45 rue des Tournelles 75003 Paris.

Voilà comment nous nous sommes rencontrés.


Son oeuvre:

Ce qui m’a bluffé chez Michel, c’est la précision de ses découpes assemblées tel un « puzzle » c'est-à-dire avec une précision d’orfèvre : au millimètre.

Ce qui me plait dans son art, c’est l’assemblage parfait apportant une rigueur incroyable à l’œuvre la rendant à l’extrême minimaliste malgré les thèmes traités et composé ou réinterprétés.

Ce paradoxe s’explique surement dans le fait que chacune des pièces de sa mosaïque a une place dans l’ensemble et que rien de vient troubler l’harmonie.

Les tons complémentaires utilisés m’ont tout d’abord déconcerté, je l’avoue, cependant à  voir  ses oeuvres en direct  cette appréhension disparait sous les projecteurs ou à la lumière du jour.

Depuis peu Michel vient d’opérer un changement de cap radical par l’utilisation du marbre.

Ses  trois derniers « autoportraits » en cela sont une vraie performance, réussie de surcroit.
 

Michel est désormais inscrit dans le marbre ainsi que son œuvre.

L’utilisation des pierres taillées soulignent les traits expressifs de ses visages au fil des âges de sa vie.
 

Toujours reconnaissable, inimitable et désormais inscrit dans le marbre, Michel Jacquier trouve sa place dans cet univers mosaïstique par son excellence, par  désormais sa capacité à créer des œuvres originales et personnelles et de les interpréter  dans ses deux styles qu’imposent ses deux principales matières utilisées : les tesselles et le marbre.
 

Tout d’abord déconcerté puis bluffé, je suis devenu très admiratif de son talent, de son originalité, le revoir au 72ème Salon des Artistes Indépendants Normands et d’exposer une seconde fois en sa compagnie est réellement un plaisir partagé comme nous nous le sommes dit à Paris.

D’autres lieux nous accueillerons vraisemblablement à n’en point douter.
 

Voici une sélection des œuvres.

J’aime beaucoup ses derniers autoportraits et le portrait de Sadia

Ainsi que ceux en Pop’Art.

A la manière de Wharhol, il décompose  les ombres et lumières en les saturant de manière subtile sans perdre l’expressivité des personnages.

Ce décalage renforcé par les couleurs choisies apporte une touche personnelle très personnelle.


Coup de cœur à l’œuvre,
coup de chapeau à la technique
et à l’artiste.


Il est sûr que ses « pandas » vont capter l’attention des  11 000 visiteurs habitués de ce Salon  des Artistes Indépendants Normands,
à voir du 6 au 21 février 2010 à Rouen, La Halle aux Toiles.


Meteores-Grece.jpg
les Météores, Michel Jacquier- 2007 (L  80 x H 59)
 

Chateau-chasse-Montmorency.jpg
Le château de la chasse(forêt de Montmorency) le Val d'Oise.
 

PontCorse.jpg
Ponte Vecchio: En Corse du Sud sur la commune de Petreto-Bicchisano
 

popLore.jpg
POP'LOR & JU,  85 x 85 cm -  Michel Jacquier 2009
 

Sadia.jpg
PORTRAIT DE SADIA  Michel Jacquier 2010


Autoportrait20ans.jpg
Le temps qui passe  :
série d'autoportraits. Michel Jacquier 2009

Autoportrait40ans.jpg

Autoportrait60ans.jpg

2- à propos de Michel Jacquier.
Sa présentation:


Michel Jacquier

« Mimimosaïque »


Le déclic

C’est à partir de 2003, après une visite chez un ami artiste qui réalisait une table en marbre, que j’ai commencé à m’intéresser à la mosaïque. J’ai d’abord fait des miroirs et dessous-de-plat aux formes originales. Puis très vite, je suis passé à des tableaux. Étant à la retraite, j’ai fait de ce travail ma principale activité, y consacrant largement un temps plein…

 

L’inspiration

Mes sources d’inspiration s’imposent en fonction de mes attaches de cœur (Corse, Afrique du Nord, ma famille), de mes voyages et randonnées (Bretagne, Grèce, Val-d’Oise…), de tableaux d’artistes (Eugène Delacroix, Paul Gauguin, Lederlé, Chico Da Silva), ou de héros de bande dessinée (Lucky Luke, Corto Maltèse). Je travaille la mosaïque à partir de photos ou de mes propres dessins (« Les Pandas », « Femme nue », « Le Clown », « L’Africaine », « Les Sumos », « Flamenco »…). J’ai réalisé également des portraits de mes proches ainsi que des autoportraits.

 

Mon opus

Dès la première année, j’ai commencé à donner à mes tesselles des formes arrondies, à les découper minutieusement, en les « grignotant » petit à petit pour donner des formes convexes et concaves (les plus difficiles à obtenir avec une simple pince de mosaïste). N’utilisant que des tesselles pour mosaïste en forme de carré ou de rectangle (émaux de Briare et marbre essentiel-lement), j’en adoucis les angles pour leur donner une autre vie plus ronde. L’assemblage en courbes de ces pièces arrondies a finalement donné un opus (manière dont on les dispose) très personnel, reconnaissable et unique, nécessitant de nombreuses heures de travail.

…/…

Travailler chaque pierre

Ce travail minutieux, je le réalise exclusivement avec des pinces à découper. À la toute dernière étape, je lime parfois avec une pierre à gréser pour peaufiner, parfaire les arrondis, sans jamais avoir recours à une machine à découper (comme celles que l’on peut trouver dans le commerce). Je trouve très intéressant ce parcours, cette évolution d’une pièce de grès ou de marbre : la tenir dans la main en la transformant petit à petit ; regarder l’ajustement avec les pièces voisines (j’utilise du calque et du papier carbone pour ajuster avec les pièces préalablement taillées) ; rectifier ;  percevoir au fur et à mesure l’harmonie et enfin coller (…et éventuellement décoller et recommencer quand cela ne convient pas).

 

Toujours en quête de nouveaux sujets, j’espère continuer ainsi ma progression pendant de nombreuses années, et… pourquoi pas : ajouter un jour un quatrième volet à mon autoportrait « Le Temps qui passe » (pour l’instant sous forme de triptyque : la vingtaine, la quarantaine, la soixantaine) !…

Propos recueillis par Danièle Carbonnet, février 2010

 

Je rappelle son BLOG :
http://mimimosaique.over-blog.com

Bonne visite dans  le domaine de Michel Jacquier.

à bientôt
Mélo

 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 21:53

Grainval- Yport:
Littoral de la Côte d'Albâtre (76)
Haute Normandie 
Part 28 - Eté 2009
Sources -Ruissellement - Tuf - Hard ground - Ecrivains Normands- Maupassant -
Lire à la Plage et une mosaïque.


yport grainval juillet 2009 00001

Vous êtes toujours en Seine Maritime, perché à 91 m sur le plateau du Pays de Caux surplombant la mer, la Manche...

Voilà la 28ème étape de ce périple commencé  véritablement en janvier 2008 :
Randonnée  à pied sur le littoral de la Côte d'Albâtre par deux seinomarins et plus parfois:
Aujourd'hui nous étions deux.
Nous sommes partis d'Ault-Onival  en janvier 2008 (Département de la Somme)

Pour rappel:
Les étapes de 1 à 10 sont consultables dans la rubrique "pages": côte d'Albâtre à pied et les autres qui suivent se trouvent dans les "articles" à consulter.


Pour en savoir plus sur les territoires traversés:

Grainval

A partir de Fécamp (à gauche), on peut emprunter un chemin qui longe le sommet de la falaise et qui descend ensuite dans le vallon de Grainval. ...
www.univ-lehavre.fr/cybernat/.../grainval.htm -

Yport (Seine-Maritime) En Normandie, au Pays des Hautes-Falaises, entre Fécamp (7km) et Etretat (12km), Yport est une petite station balnéaire où vous apprécierez son architecture ...
www.communes76.com/.../depar.php?...Yport - En cache - Pages similaires

Tourisme Yport Etretat Fécamp activités hébergements Yport une station balnèaire en Normandie (proche Etretat et Fécamp). ... Traversé pas le chemin le grande randonnée (GR21), sur les falaises, ...
www.tourisme-yport.info/ - En cache - Pages similaires

Les Balades et randonnees à Yport Etretat Fécamp en Normandie
Découvrez ici les idées de balades et randonnées, en bord de mer ou en ...
www.tourisme-yport.info/balades_et_randonnees.php Tourisme Yport Etretat Fécamp activités hébergements - Balades à ...
Balades à pieds - randos - Programmes des randonnées pédestre ...
www.tourisme-yport.info/articles.php?lng=fr&pg=129

Cette fois-ci nous sommes partis comme bien souvent à l’envers du sens que nous décrivons quant nous disons que nous parcourons la littoral d’Ault à Ste Adresse.

En effet comme bien souvent c’est la marée qui nous dicte le déroulement de l’itinéraire.

Il convenait ce jour-là de commencer la randonnée par le platier, à marée basse et d’Yport.

Pourquoi me direz-vous puisqu’à Grainval nous aurions trouvé également la marée basse ?

Pour une seule raison pourrions-nous vous répondre, à cause du stationnement difficile dans cette petite station balnéaire.

La configuration de ce village côtier est atypique en raison de son encaissement , en raison de cette valleuse si étroite que le village s’est trouvé ramassé le long de deux rues principales qui constituent un sens giratoire pour y circuler.

C’est le cas aussi pour Veules les Roses, Etretat, Puys…

Pour cette raison nous nous sommes garés sur le parking de la plage assez tôt dans la journée.

Au moins nous avions la garantie de reprendre notre véhicule sans traverser de part en part le village comme c’est le cas fréquemment pour Etretat ou Veules les Roses, surtout en été ce qui est le cas aujourd’hui.

 

Aussitôt arrivés nous avons chaussé nos godillots de randonnée pour descendre rapidement sur le platier en direction de Grainval.

Nous avons cherché à nous tenir à distance raisonnable de l’abrupt des hautes falaises avoisinant les 91 mètres sur la portion rectiligne de leur sommet.

Leur aplomb nous est apparu impressionnant tant l’ombre portée nous laissait à l’écart du lever du soleil.

Nous avons retrouvé du galet, des éboulis, des bidons échoués, des pans de falaises  piqués et encastrés dans le platier, bref beaucoup de curiosités naturelles improbables jusqu’au profil de certains gros galets recouverts partiellement de micros-algues vertes.

La fin de la marche sur le platier passée sans encombre nous révéla la grande surprise du jour :

La source de la « Roche qui pleure »  toute à proximité de la valleuse de Grainval et bien après le lieu-dit  le Chaland »

 

C’est à côté de cette cascade rafraîchissante que nous avons déjeuné le midi avec nos vivres préparés au préalable et que nous portons dans nos sacs à dos.

Un couple flânait au bord de la plage avec leurs enfants en faisant des « aller-retour » du platier vers la plage de galets.

Après ce repas frugal et tonifiant, il nous fallait retrouver le sentier de grande randonnée, le GR21 dans l’optique qu’il nous fraye un chemin pour remonter sur le sommet par le versant  sud en direction des falaises de Criquebeuf-en-Caux.

Nous avons finalement constaté une fois de plus que le GR21 est souvent assimilé à une route de campagne qui tient toujours le randonneur à distance du bord des falaises.

Le plus beau dans la randonnée réside bien dans le fait de marcher sur le platier en contrebas ou de longer le sommet pour profiter pleinement du panorama, du paysage et des surplombs extrêmes.

Nous avons opté pour retrouver le bord de la falaise en longeant un champ de maïs sans en abimer les plants de maïs.

Nous sommes tombés sur un ancien blockhaus.

Nous sommes entrés à l’intérieur pour imaginer ce dont les soldats allemands étaient enclins à surveiller de leur poste d’observation.

Après avoir franchis avec délicatesse quelques clôtures électriques ou barbelés, nous rejoignons sans problème, en bordure de prairies ou des anciennes clôtures agricoles, le lieu-dit « les Vaux » puis en contournant la Cavée Rouge, valleuse sèche perchée impraticable car jonchée de buissons, ajoncs et orties hautes : bien trop épineux pour nous.

C’est donc avec regret que nous empruntons en  cette fin d’étape le GR21 qui nous ramène sur 1 km à Yport. Ce GR21 a l’avantage d 'emprunter des petites sentes qui descendent par des escaliers jusqu’au bourg.

C’est ainsi que nous avons randonné trois heures trente durant sans trop de peine ni obstacles infranchissables.

Vous pourrez admirer les paysages et les panoramas  rencontrés.


Pour finir agréablement cette randonnée et la prolonger  dans les meilleures conditions, nous nous sommes invités à "Lire à la Plage" d’Yport où quelques bons ouvrages nous attendaient à consulter et lire bien assis confortablement sur les transats mis à disposition, à l’ombre des parasols.

Prendre un livre et lire une page de Maupassant, Une vie, 1883 nous transporte dans un voyage si proche d’aujourd’hui qu’il est si agréable de profiter de ces instants à Yport, sous le soleil d’été en lisant Maupassant :


Extrait :
"Ils entrèrent dans le petit village. Les rues vides, silencieuses, gardaient une odeur de mer, de varech et de poisson. Les vastes filets tannés séchaient toujours, accrochés devant les portes, ou bien étendus sur le galet. La mer grise et froide avec son éternelle et grondante écume commençait à descendre, découvrant les rochers verdâtres au pied des falaises…Ils s’arrêtèrent, en face de la plage, à regarder. Des voiles blanches comme des ailes d’oiseaux, passaient au large. A droite comme à gauche, la falaise énorme se dressait. Une sorte de cap arrêtait le regard d’un côté, tandis que de l’autre la ligne des côtes se prolongeait indéfiniment jusqu’à n’être plus qu’un trait insaisissable "


Comment écrire et décrire mieux après avoir lu ces quelques lignes épurées de vérité qu’il est aisé de se taire  et de  vous inviter à regarder et observer ces quelques clichés tant Maupassant est moderne et contemporain et ses propos toujours d’actualité.

L’odeur du poisson est toujours là mais aujourd'hui remplacée par les odeurs des restaurants proposant  des fruits de mer. Les canots ont remplacé les chaluts à voile, des filets traînent encore ici et là

A cet instant je m’étonne à disserter autant et tant et tant!

Est-ce du à l’élan de la prose de Maupassant qui me pousse  ainsi en avant ?

Le Cap dont parle Maupassant a un nom dont il  a oublié de mentionner  et ce dont Dumas en aurait fait un lieu de récit "Dantesque" :
La pointe du Chicard, à l'image d'un repère de flibustiers, de pirates.

J'évoque  Edmond "Dantes", en effet Dumas a séjourné au Puys, près de Dieppe, il y est décédé je crois comme on peut le lire sur une plaque de rue au Puys. 

En revanche les falaises d'Yport n’ont pas changé d’allure ou d'élégance à en croire la description de Maupassant  car elles surplombent encore majestueusement la crique d’Yport.

La valleuse qui mène à cette crique est tortueuse, multiple telle une tentacule.

On y vient par les Loges ou par la Cave du hameau d'Hainneville, par le « Bois des Quarante Acres », par la « Mare aux loups » par le « Fond de Basbeuf » ou encore par le « Trou d’Enfer » et le « Fond Pitron ».

Cet endroit a su garder un charme fou à rendre jalouse  la station d’Etretat soumise au fourmillement estival.

 

Je vous recommande  vivement de vous y arrêter si vous venez sur la Côte d’Albâtre. Yport n’a pas d’égal vu du sommet de cette pointe du Chicard.

Voici les photos pour vous mettre l'eau à la bouche, ces photos pas comme les autres...du fait de cette randonnée inédite.
Beaucoup d'estivants, de photographes,  évoquent la Côte d'Albâtre du point de vue, si vous me permettez l'expression, du GR21 ou des plages.../...Peu du côté des pêcheurs à pied au risque de vous dévoiler leur coin de pêche à l'image des cueilleurs de champignons en forêt de Brotonne.

Peu de randonneurs marchent ainsi au sommet des falaises de valleuse en valleuse, de port en port,

d'Ault à Ste Adresse

sauf quelques uns  mais là c'est une autre page à écrire... pour bientôt... d'ailleurs  j'ai pu contacter l'un d'entre eux.

Ecoutez le bruit de la mer sous la "Roche des Anglais" face à la Pointe du Chicard...écoutez le vent siffler sur la pointe de la Roche aux Anglais.

Guy de Maupassant écrivait encore à propos d'elle, je cite:
"...le val de Vaucottes ouvrait sa gorge profonde."

yport grainval juillet 2009 00001Yport, la pointe du Chicard



yport grainval juillet 2009 00002


yport grainval juillet 2009 00003Fécamp


yport grainval juillet 2009 00004


yport grainval juillet 2009 00005


yport grainval juillet 2009 00006


yport grainval juillet 2009 00007


yport grainval juillet 2009 00008


yport grainval juillet 2009 00011


yport grainval juillet 2009 00013La "Roche qui pleure"


yport grainval juillet 2009 00012


yport grainval juillet 2009 00014


yport grainval juillet 2009 00015


yport grainval juillet 2009 00016


yport grainval juillet 2009 00017


yport grainval juillet 2009 00018


yport grainval juillet 2009 00019


yport grainval juillet 2009 00020


yport grainval juillet 2009 00021


yport grainval juillet 2009 00022


yport grainval juillet 2009 00023


yport grainval juillet 2009 00024


yport grainval juillet 2009 00025


yport grainval juillet 2009 00026


yport grainval juillet 2009 00027


yport grainval juillet 2009 00028


yport grainval juillet 2009 00029


yport grainval juillet 2009 00030Yport, mosaïque et art "urbain"


yport grainval juillet 2009 00031

à bientôt

Mélo

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 10:44

72ème Salon

des Artistes Indépendants Normands

Rouen - du 6 / 02 au 21/ 02 / 2010.

J'y présente "le trou du cul du monde"

en hommage à Primo Levi

ainsi qu' à mon père,

déporté du travail

72ème Salon
 
des Artistes Indépendants Normands

Rouen


La Halle aux Toiles
 

6 février - 21 février 2010

Claude Houques, Président des Artistes Indépendants Normands
Les membres du Conseil d'Administration
Les 400 artistes-Exposants
et
Lisa Benoudiz
Invitée d'Honneur

72ème SAIN

Vous accueillent au Salon des Artistes Indépendants Normands
Sous le patronage de
Mme Valerie Fourneyron, Députée Maire de Rouen
Mme Laurence Tison, Adjointe au Maire, Chargée de la Culture et du Spectacle vivant
Mr Didier Marie, Président du Département de la Seine Maritime

Ce Salon se tiendra du samedi 6 février au dimanche 21 février 2010

Ouverture au public
Tous les jours de 14h00 à 18h30
samedi et dimanche de 14h00 à 19h00

L'entrée est gratuite

Halle aux toiles place de la Basse Vieille Tour 76000 Rouen

Lisa Benoudiz, Peintre animalier contemporain, Wildlife Artist
tableaux et tryptiques art animalier, animal and wildlife paintings and tryptics.
www.lisa-benoudiz.com/


Bonjour,
A cette occasion et pour la seconde fois, j'expose une mosaïque ou plus exactement  ce que l'on peut appeler une sculpture ou autrement fait:
un objet de mémoire que j'ai réalisé en hommage
à
mon père Adrien Levaillant, déporté du travail
de 1940 à 1943 (St Valery en Caux),  
en Allemagne de 1943 à 1945
et  
à tous les "déportés": politiques, civils et militaires, déportés du travail …



Cette oeuvre présentée au Salon des Artistes Indépendants Normands s'intitule:


"le trou du cul du monde"

Objet de mémoire


Mosaïque

Pascal Levaillant

2009-2010

 Une oeuvre n'est jamais innocente, elle arrive à un moment particulier pour moi  où cette année  2010 nous allons nous remémorer le début de l'occupation de la France par l'Allemagne Nazie que les "anciens" ou  que nos parents ont connu il y a 70 ans.
Pour la mémoire  de ceux et celles qui ont connu cet épisode douloureux et  de celle de mon père, j'ai réalisé cet "Objet de mémoire"

Le 22 février 1944 débute  pour Primo Levi  ce qu’il appelle le « voyage ».  Un voyage qui mène au bout d'une nuit à laquelle l'aube ne succède pas. Pour désigner la destination de ce voyage,
il emploie le mot "fond"
Aller au fond, toucher le fond et le plus souvent y rester.
Le "fond" porte un nom: Auschwitz.
Les déportés disaient  aussi " le trou du cul du monde" 


"Primo Levi est né en 1919 à Turin au sein d'une famille juive.
Le 13 décembre 1943, il est arrêté par la Milice fascite Italienne alors qu'il vient d'entrer dans la clandestinité afin de rejoindre une organisation antifasciste.
Pensant courir un danger de mort en avouant son activité politique rt son projet d'entrer dans la résistance, il "préfère" déclarer ( sa) condition de "citoyen italien de race juiveé afin d'expliquer aux fascistes sa présence dans le maquis( Levi (1947) 1987: 12)
Fin janvier 1944, il est envoyé dans un camp d'internement, près de Modène, en compagnie de près d'un millier de juifs italiens, hommes, femmes et enfants. Les fascistes italiens livrent par la suite toute la population au SS.
Il va rester à Auschwitz, précisement au Lager de Buna-Monowitz, de mars 1944, jusqu'à la libération d'Auschwitz au gré des mouvements des troupes soviétiques et alliés, il entame un périple de plusieurs mois à travers l'Europe qui finit par le ramener en Italie.
"Si c'est un homme" (Levi (1947) 1987)), ce texte est l'un des premiers temoignages écrits et publiés sur les camps."


Source:
Objets & mémoires - Résultats Google Recherche de Livres

de Octave Debary, Laurier Turgeon - 2007 - Psychology - 249 pages
Le « fond » - les déportés disaient aussi « le trou du cul du monde » (anus ... Auschwitz. Il va rester à Auschwitz, précisément au Lager de Buna- Monowitz ...
books.google.fr/books?isbn=2763785212...


à bientôt 
Mélo

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 23:27

Fécamp - Grainval :
Littoral de la Côte d'Albâtre (76)
Haute Normandie 
Part 27
Hiver 2010 
Randonner - photos rando - Côte d'Albâtre - Littoral
Sources - tuf - failles - hard ground

Vous êtes toujours en Seine Maritime, perché à 82 m sur le plateau du Pays de Caux surplombant la mer, la Manche...

Voilà la 27ème étape de ce périple commencé  véritablement en janvier 2008 :
Randonnée  à pied sur le littoral de la Côte d'Albâtre par deux seinomarins et plus parfois:
Aujourd'hui nous étions deux.
Nous sommes partis d'Ault-Onival  en janvier 2008 (Département de la Somme)

Pour rappel:
Les étapes de 1 à 10 sont consultables dans la rubrique "pages": côte d'Albâtre à pied et les autres qui suivent se trouvent dans les "articles" à consulter.


Pour en savoir plus sur les territoires traversés:

A partir de Fécamp (à gauche), on peut emprunter un chemin qui longe le sommet de la falaise et qui descend ensuite dans le vallon de Grainval. ...
www.univ-lehavre.fr/cybernat/.../grainval.htm -
  • [PDF]
Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Afficher
petits villages de Criquebeuf en Caux et Grainval. Vous descendrez sur la plage au bout de la valleuse de Grainval pour y admirer les falaises et la Roche ...
www.sentiersdefrance.com/pdf/RE23_fr10.pdf


kikoucalou: Le vallon de Grainval 22 juil. 2007 ... Un beau vallon près de Fécamp : Grainval, un vrais plaisir avec cette source ! Publié par kikoucalou à l'adresse 21:17. Libellés : falaises ...
kikoucalou-pascalou.blogspot.com/.../le-vallon-de-grainval.html -


Cette étape  assez courte de Fécamp à la Valleuse de Grainval vaut le détour pour les curiosités naturelles et géologiques qu'offre le patient travail de l'eau s'infiltrant lentement  à travers la craie.
Et pas seulement,
en effet Grainval est devenu célèbre grâce à un tableau de Monet... Monet a peint de nombreuses fois le littoral seinomarin grâce à sa rencontre avec Maupassant à Etretat.
Nous en reparlerons plus tard... bien sûr...

Revenons à l'eau, source de vie...

A travers les fissures l'eau arrive à se frayer un chemin.
Ainsi parfois des sources jaillissent de la falaise, comme le montre ce reportage.
Vous l'avez déjà constaté sur des portions de ce parcours côtier  près de Varengeville et de Veules les Roses.

Cependant celles trouvées ici  à Grainval sont spectaculaires entre fécamp et Yport, sources que l'on retrouve également entre Etretat et la plage des Tilleuls.
Ces sources jaillissent de la falaise où se dépose une mousse forment parfois d'importants dépots que l'on nomme "tuf"
La Roche qui pleure en est une illustration (Vous la verrez lors de l'étape suivante)
L'émergence des sources s'accompagne le plus souvent de la présence d'algues (entéromorphe) qui recouvrent le platier de vastes tapis verts à ne pas confondre avec la coexistence des tapis verts des casinos de la Côte d'Albâtre...

Le Tuf est une roche nouvelle produite du dépot "précipité" calcaire suite à l'inlassable écoulement et ruissellement d'eau sur les parois de la falaise en contrebas du jaillissement de la source.

A la "belle époque" des blanchisseuses pouvaient exploiter les sources du pied des falaises pour laver le linge comme en témoignent certaines cartes postales où elles devaient au préalable dégager le  galet.

Les Valleuses résultent de l'érosion due au ruissellement
au niveau des plans de fracturation.
En rapport toujours avec l'eau, les valleuses désignent les "vallons secs perchés" au sommet des falaises.

Lorsque le débit des eaux responsables du creusement des valleuses est très important ou permanent on se trouve alors en présence de vallées où s'écoule de petits fleuves côtiers comme la Veules,  le plus petit fleuve de France qui a donné son nom à la commune de Veules Les Roses.

En dehors de ces trouvailles aquatiques nous avons pu retrouver à marée basse des dalles de craie résistante appellée "hard-ground",  dénomination scientifique d'origine anglaise désignant des bancs durcis de craie.

Peut-on également constater que la plupart du temps,  les falaises paraissent être d'une régulière horizontalité comme vous le verrez sur les photos sauf exceptions dues à des plissements ou à de surprenantes ondulations anticlinales en opposition à synclinal (partie dépressionnaire d'un ensemble géologique plissé)

Les bancs de craie et les bancs de silex alternent souvent par succession régulière.

Si la randonnée fut assez brève (deux heures  trente environ) les découvertes géologiques furent passionnantes.
Au retour par le sommet des falaises, la vue insolite sur Fécamp est imprenable.

En résumé hormis le temps maussade et pourtant lumineux, les clôtures et barbelés à passer avec précaution, ce fut un merveilleux moment.

Voici les images...
Elles vont  illustrer cette terminologie spécifique à ce territoire côtier, annexée au récit  et puisée dans un excellent numéro édité à l'initiative du Conseil Général de la Seine Maritime en 1994.
Ce numéro de la "Seine Maritime - Couleur nature - Côte d'Albâtre", désormais  épuisé, m'a servi pour intégrer quelques répères scientifiques aux phénomènes géologiques repérés "in situ" sur ce cordon littoral unique au monde.

Merci au Conseil Général de Seine Maritime d'avoir en son temps édité ce guide très bien documenté à destination des touristes, des randonneurs et des passionnés de la nature comme je le suis...
Encore faut-il conserver ce type de document dont beaucoup trop finissent à la corbeille ou au grenier.


fécamp grainval janvier 2010 0001Hommage à Monet

fécamp grainval janvier 2010 0002Entre Fécamp et Gainval

fécamp grainval janvier 2010 0003Une source jaillit de la roche

fécamp grainval janvier 2010 0004de plus près

fécamp grainval janvier 2010 0005Résurgence...


fécamp grainval janvier 2010 0006Fécamp, la jetée

fécamp grainval janvier 2010 0007On discerne la valleuse de Grainval

fécamp grainval janvier 2010 0009

Ancien passage muré par la main de l'homme (ou abri) tel qu'on en parle dans les aventures d'Arsène Lupin mais celui-ci n'est pas à Etretat!!!
Cf "L'Aiguille creuse" de Maurice Leblanc.
En y regardant de près peut-on deviner des structures (trois appuis)  pouvant supporter un escalier  métallique?... Hypothèse!

En effet on connait les "gobes", habitats troglodytes creusés dans les falaises qui abritaient des familles de pêcheurs (Dieppe)

fécamp grainval janvier 2010 0010

Les bancs de craie et les bancs de silex alternent souvent par succession régulière et horizontale.

fécamp grainval janvier 2010 0011

fécamp grainval janvier 2010 0012Au loin Yport

fécamp grainval janvier 2010 0013Au loin, Fécamp

fécamp grainval janvier 2010 0014

fécamp grainval janvier 2010 0015Grainval et sa descente à la mer

fécamp grainval janvier 2010 0016
Sublime valleuse perchée de Grainvalet

fécamp grainval janvier 2010 0017Porte de Grainval, pinacles en formation

Autres pinacles

fécamp grainval janvier 2010 0019fécamp grainval janvier 2010 0018
Les corniches de craie dure sont festonnées de pinacles et sont le biotope du gazon d'Olympe(Arménia maritima)

fécamp grainval janvier 2010 0020Du sommet de Grainvallet, vers Yport

fécamp grainval janvier 2010 0021Vers Fécamp

fécamp grainval janvier 2010 0022

fécamp grainval janvier 2010 0023Blochauss

fécamp grainval janvier 2010 0024
Descente à la mer de Fécamp vers le Casino et la piscine au pied de la falaise.

à bientôt pour une nouvelle étape de Grainval à Yport

Mélo

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 09:02


Senneville-sur Fécamp - Cap Fagnet-Fécamp : Littoral de la Côte d'Albâtre (76)
SeineMaritime 
HauteNormandie 
Part 26 
hiver 2010 
Randonner-photos-Côte d'Albâtre-
Littoral Normand-Blockhauss-Pinacles.

fécamp senneville sur Fécamp 0001


Vous êtes toujours en Seine Maritime, perché à 106 m sur le plateau du Pays de Caux surplombant la mer, la Manche...

Voilà la 26ème étape de ce périple commencé  véritablement en janvier 2008 :
Randonnée  à pied sur le littoral de la Côte d'Albâtre par deux seinomarins et plus parfois:
Aujourd'hui nous étions deux.
Nous sommes partis d'Ault-Onival  en janvier 2008 (département de la Somme)

Pour rappel:
Les étapes de 1 à 10 sont consultables dans la rubrique "pages": côte d'Albâtre à pied et les autres qui suivent se trouvent dans les "articles" à consulter.

fécamp senneville sur Fécamp 0030
Du cap Fagnet: au loin Vaucottes et encore en arrière plan: Etretat

Pour en savoir plus sur les territoires traversés:


Tourisme.fr : FECAMP OFFICE INTERCOMMUNAL DE TOURISME *** : FECAMP

Grande cité maritime, Fécamp a, pendant des siècles, vécu de la pêche. ... les blockhaus, important poste radar pendant la Seconde Guerre Mondiale, ...

 

Fécamp en 39-45 - Blockhaus Mammut - Fécamp - EVENE

20 sept. 2008 ... La ville de Fécamp profite des Journées européennes du patrimoine pour honorer la mémoire douloureuse de la Seconde Guerre mondiale. ...
www.evene.fr/.../fecamp-en-39-45-25730.php -
 
Présentation du territoire - Pays des Hautes Falaises
Une palette complète de la Normandie à découvrir, à parcourir : Du littoral avec ses hautes falaises, échancrées de valleuses débouchant sur une mer ...
www.paysdeshautesfalaises.org/sous_chap.html?...

Aujourd'hui je vous relate notre randonnée à pied de Senneville sur Fécamp à Fécamp: Cap Fagnet.


Arrivés à Fécamp, nous sommes arrivés au terme de  ce cordon littoral  très rectiligne qui relie  quasiment sans discontinuer, de port en port, St Valery en Caux  à Fécamp.


Ainsi depuis notre départ nous pourrions découper notre périple en plusieurs tronçons d'importance  en considérant plusieurs critères.


De la naissance de ces falaises à Onival-Ault (Somme) au Cap de la Hève - Ste Adresse (Seine Maritime)


140 kilomètres de côte s'offre aux marcheurs, aux randonneurs, aux pêcheurs, aux touristes, aux navigateurs, aux marins,  aux estivants...

Ces critères seraient:

la côte ponctuée de la présence les ports

la côte entrecoupée de vallées importantes

la côte et la nature des falaises (géologie)

Nous y reviendront acec des shémas...
 

Le premier tronçon irait de Onival-Ault au Tréport

le deuxième tronçon irait du Tréport à Dieppe

le troisième tronçon irait de Dieppe à St Valery en Caux

le quatrième tronçon irait de St Valery en Caux à Fécamp

le cinquième tronçon irait de Fécamp à St Jouin de Bruneval

le dernier et sixième  tronçon irait de St Jouin de Bruneval au Havre- Ste Adresse.

 

Pour cette étape  je vais évoquer cette portion de côte entre Senneville sur Fécamp et Fécamp.


Sous le vent de Fécamp nous marchons à proximité du parc éolien qui se voit de loin.


Nous commençons cette boucle au dessus du "trou au chien"  où se trouvent les vestiges d'une ancienne base radar d'importance pendant le Seconde Guerre mondiale  comme en témoignent  les vestiges encore bien conservés de ces blockhauss et bâtiments datant de cette période douloureuse de notre histoire locale.


Il est aisé  de penser que cet espace côtier fut convoité âprement de part et d'autres des occupants qu'ils soient ennemis ou alliés.


Cependant le paysage côtier reste majestueux d'autant que le cordon de falaises qui s'étire vers St Valery  en Caux

offre une perspective  exceptionnelle.


Le point de vue sur  la "Porte du Roi" et de la Reine  préfigure et rappelle dans une autre proportion ce qui sera visible sur Etretat.


De cet endroit du Cap Fagnet nous marchons vers le Val
St Nicolas jusqu'au val Ebran.

De là nous faisons demi-tour jusqu'à la Chapelle des marins , chère aux Fécampois.


Cette étape n'est pas très éprouvante cependant quelques passages ne sont pas aisées en raison de la présence de clôtures pas toujours faciles à franchir car l'essentiel est de ne pas les abimer, n'est-ce pas!



fécamp senneville sur Fécamp 0028Parc éolien

Les guetteurs de Fécamp par ordre d'apparition:

fécamp senneville sur Fécamp 0012le guetteur au béret
fécamp senneville sur Fécamp 0023le  guetteur frankenstein
fécamp senneville sur Fécamp 0020les guetteurs amoureux
fécamp senneville sur Fécamp 0022le guetteur contemplatif
fécamp senneville sur Fécamp 0021le guetteur quasimodo

fécamp senneville sur Fécamp 0003
Base des radars au Cap Fagnet
vue du dessus d'un blockhauss

fécamp senneville sur Fécamp 0004les "portes" du Roi et de la Reine

fécamp senneville sur Fécamp 0009éoliennes

fécamp senneville sur Fécamp 0007Vers St Valery en Caux

fécamp senneville sur Fécamp 0008Ruines

fécamp senneville sur Fécamp 0010tag

fécamp senneville sur Fécamp 0011Parc éolien

fécamp senneville sur Fécamp 0013vers Senneville sur Fécamp

fécamp senneville sur Fécamp 0015"latrines" du "mur de l'Atlantique"

fécamp senneville sur Fécamp 0016Vue de l'intérieur d'un blockhauss
fécamp senneville sur Fécamp 0025Vers le Cap Fagnet
fécamp senneville sur Fécamp 0019vers Senneville et  le Val Ebran


fécamp senneville sur Fécamp 0026zone humide agricole

fécamp senneville sur Fécamp 0027Champ agricole

fécamp senneville sur Fécamp 0029


à bientôt
mélo 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 17:02

Severine Dalla: Artiste peintre, "illustration et auteur pour la jeunesse": Notes et Carnets d'impressions - coup de coeur n°3

Severine Dalla - Carnet n°3
Artist spotlight

Notes et Carnets d'impressions de Pascal Levaillant (melodymaker)

"Regards croisés" avec d'autres artistes, mosaïstes, peintres, plasticiens, performers, installateurs, sculpteurs, musiciens, photographes, vidéastes, cinéastes, écrivains  etc...


Janvier 2010

Avec l'aimable participation et contribution de
Severine Dalla.


Coquelicots 2009
Coquelicots (acrylique et pastel gras, commande 2009)

Toile, 150x50 cm

Illustration

1- à propos de Severine Dalla: 
mes notes et  mon carnet d'impressions.

Typhaine Planche8

Illustration pour « Les étranges histoires de Typhaine,
Tim et Hermione » (Projet 2010, Ed. Pierregord)

Infographie (sur dessin à la mine de plomb)


Crédits photos:  Severine Dalla,  avec son aimable autorisation, tous droits reservés et reproduction interdite sans l'accord de l'auteur.

 


Encore et toujours,  « l’Art n’a pas de limites » comme j’aime à le dire, à l’écrire et à  le répéter et c’est bien de cela dont il il est question dans la démarche artistique de Severine Dalla.


Severine Dalla  fait partie de ces artistes qui repoussent avec audace, sensibilité,  passion et talent les limites de l’Art.

Quand j’ai vu pour la première fois ses œuvres lors d’un vernissage à Forges  les Eaux (mars 2009) et lors d’une exposition commune à Yvetot(juin 2009), j’ai compris que de nouvelles formes artistiques   apparaissaient encore à mon grand  étonnement:
Est-ce de la peinture... de la lithographie… ?

Ce fut "plage à Cabourg 1 et 2" qui ont tout d’abord attiré mon attention.


Plage a Cabourg 1 2008Plage à Cabourg 1 
Severine Dalla 
2008
Plage a Cabourg 2 2008Plage à Cabourg 2 
Severine Dalla 
2008

Est-ce  de la photo ?... de la retouche photo ?... du fusain ?... du Pastel ? me suis-je dis intérieurement !

Poussé à la curiosité qui me caractérise je suis allé rencontrer  Severine,  bien occupée à ses installations.


Elle travaille donc  avec des techniques plus actuelles comme l'infographie. Elle réalise des "peintures numériques"

Ces peintures sont captivantes, étonnantes, émotionnelles , inquiétantes, lumineuses, insolites tant les espaces sont variés; celles de Cabourg m’ont vraiment séduites de premier abord.


Sur  cette  technique pour moi  inconnue,  je n’en sais toujours  pas davantage car le principe me semble encore mystérieux, en cela l’artiste garde précieusement son secret de fabrique et cela se respecte.


Ce qui m’a interpelé dans sa démarche ce sont ses centres d’intérêt proches des miens, sur les paysages sur lesquels je m’attarde, que je prends en photo lors de mes sorties et de mes randonnées, qui me donne l’envie de les « œuvrer » en mosaïque tel  "Château Gaillard" qui sortira un jour en Pixel-Artmosaic.

Le plus incroyable  réside dans le fait que ce futur tableau est prêt à mosaïquer  sous le même cadrage que celui proposé par Severine, à une saison près.


Entre nous se dessine une correspondance artistique sur des ponts d’inspirations proches et semblables déjà à propos de la photographie.

Vous verrez un jour la correspondance.

Pour ces motifs et en raison de  la qualité du rendu  encore plus perceptible de visu,  j’insiste là-dessus, j’adore son travail et la façon qu'elle a de regarder les choses donnant à penser qu’elle marche, qu’elle se promène, qu’elle randonne au gré du temps, des caprices du temps et des saisons:

Valleuse a Bruneval 2007
 "
 l'idée de balade à l'intérieur des paysages, eh bien c'est exactement ça..." dit-elle.
Valleuse a Bruneval 2007

Valleuse à Bruneval (peinture numérique, 2007)

Impression sur papier d'art, 32x24 cm

Champ a Bettrechies 2008

Champ à Bettrechies (peinture numérique, 2008)

Impression sur papier d'art, 40x30 cm

Je vous recommande vivement  de vous diriger vers son site où elle présente également son travail d’illustratrice que je connais moins sinon de l’avoir consulté via son blog ou son site.

Je vous propose avec son aimable autorisation d’inclure dans ce carnet quelques œuvres que j’apprécie.

Fil Planche5
llustration pour « Un jardinier pas ordinaire » (2009, Arthur & Cie)

Abeilles Planche3

Acrylique, collages et encre de chine sur papier

 

Crayons aquarellables, acrylique et collages sur papier (et reprises par infographie)

Illustration pour un projet 2010


2- Severine Dalla:  sa  présentation :
"Texte de Severine Dalla"

 

 "Autodidacte, et ingénieur chimiste dans une première vie professionnelle, ce qui n'a réellement rien à voir, je crois que je n'ai été influencée « que » par les oeuvres que j'ai vues ou que l'on m'a fait découvrir - ce qui est finalement très important... Mais aucun professeur ne m'a dit « l'art, c'est ceci », ni « la meilleure façon de faire, c'est celle-là », j'ai eu la chance de m'en faire ma propre idée.

Mes premiers tableaux, en 1992-93, étaient des aquarelles ; je crois que j'ai commencé par le plus difficile...

Mais avec un bon livre, beaucoup de papier gâché et des efforts réguliers, l'apprentissage s'est fait doucement. Après des années, j'ai réussi à maîtriser à peu près l'ombre et la lumière dans mes paysages, et aussi le mouvement. Déjà, à l'époque, le fusain et l'encre de Chine se mélangeaient aux couleurs, pour accentuer les contrastes et les contours.

Puis sont venues les huiles, les acryliques, de plus en plus de collages aussi, et puis… un peu tout en même temps (chimiste de formation, ne l'oublions pas) !

Et la peinture numérique. Etrange dénomination pour une technique qui n'est finalement pas très éloignée de la peinture « réelle », puisque le geste est quasiment identique ; la grande différence est que le numérique « n'existe pas » tant qu'on ne l'a pas fait imprimer. Ce numérique, je l'utilise aussi bien pour mes tableaux que pour l'illustration, mon second métier (illustration jeunesse) ; en fait, les deux domaines se nourrissent l'un de l'autre depuis le début...

Le plus important pour moi désormais dans les peintures que je réalise est de réussir à donner l'impression que chaque scène recèle de la vie. Des tiges ou des fleurs qui bougent sous le vent, un rayon de soleil qui passe entre les feuilles des arbres pour verdir encore plus l'herbe, l'écume et les reflets sur une mer en mouvement... et, pour les personnages, des visages toujours expressifs et des postures marquées, même pour

les « non-humains ». Cela explique peut-être de manière simpliste pourquoi je ne fais pas de natures mortes !..."




Je rappelle son site : http://www.peinture-et-illustration.fr

Son blog : http://blog.peinture-et-illustration.fr


à bientôt
Mélo

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 13:22
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 22:29
Sylvie Foisel, mosaïste - Carnet n°2
Artist spotlight

Notes et Carnets d'impressions de Pascal Levaillant (melodymaker)

"Regards croisés" avec d'autres artistes, mosaïstes, peintres, plasticiens, performers, installateurs, sculpteurs, musiciens, photographes, vidéastes, cinéastes, écrivains  etc...


Janvier 2010

Avec l'aimable participation et contribution de Sylvie Foisel.

OKJBcopierduitePM

1- Sylvie Foisel: Notes et carnet d'impressions.

Crédits photos:  Sylvie Foisel,  avec son aimable autorisation, tous droits reservés et reproduction interdite sans l'accord de l'auteur.


 

Aujourd’hui je vais vous présenter Sylvie Foisel, alias Mosaddict sur Passion Mosaique.

C’est justement grâce à  Mosaddict que j’ai fait connaissance de Sylvie Foisel. Derrière un pseudo se cache toujours un artiste en devenir, en sommeil.

C’est ainsi  qu’en  Janvier 2008 par l’intermédiaire du forum de PM ( Passion Mosaïque)(www.mosaique-passion.com/ )
j’ai découvert l’univers de Sylvie et  de ses mosaïques et désormais sur "Contemporary Mosaic Art"
(mosaicsandceramics.ning.com/)

Nous avons partagé bon nombre de conversations jusqu’à ce qu’elle me pousse à m’inscrire in extremis à candidater pour l’Exhibition Planet Earth 2008 organisée par Julie Stedman d’Opus Mosaic à Exeter, Devon, UK.
http://www.opusmosaic.co.uk/


Nous avons exposé ensemble en juin  après avoir été sélectionnés pour cet événement.

Fort de cette expérience nous avons renouvelé l’expérience l’année suivante à Exeter pour l’Exhibition "Heavens Above 2009"

Sylvie a répondu à mon initiative de proposer sa candidature au Salon des Artistes Indépendants Normands  de Rouen qui se déroulera  du 6 février au 21 février prochain, cette exposition rassemblant près de 300 œuvres, peintures, sculptures, gravures ou mosaïques pour cette 72 ème édition.

L’an passé seuls trois mosaïstes avaient  pu déposer leurs œuvres.

 

Voilà pour le cheminement  de cette rencontre qui m'incite dès à présent à vous présenter ses oeuvres et vous communiquer mes impressions sur ce carnet.

 

Sylvie quant à elle vous présentera  sa motivation, ses aspirations pour cette pratique artistique dans laquelle elle s’épanouit.

Pour moi,  Sylvie  est une "artiste" qui trouve son chemin peu à peu, qui  trouve sa voie dans cette myriade de  mosaïstes qui trop souvent  se copient, s'inspirent de trop près,  pour dénaturer au final l'essence ou  la vraie nature de l'artiste: la création.

Je crois que Sylvie crée en s'inspirant de son environnement en lien avec ses aspirations, sa sensibilité, sa vie.

Elle progresse en prenant des risques que d'autres ne tentent pas encore.

Son style avance pas à pas

Des risques dit-elle : « Les risques ? Oh que oui, je dirais même avec audace mais sans prétention, enfin, je pense, j'espère !!!!! »

Sylvie  écrit:

"Ce que je suis:

 

Un oeil. !!

Les paysages de ma vallée sont pour moi source de bien-être et surtout d'inspiration.

En contemplant, j'évalue: les lignes, les courbes, les couleurs, le sens...

Une douce équation qui a souvent pour résultat une nouvelle oeuvre.

 

Mes créations:

 

La collection de mes créations s'étend sans que j'y fasse vraiment attention.

Mes dossiers sont plein à craquer de projets: de quoi créer des mosaïques pendant mille ans !!

Bonne surprise que cette collection de créations qui grandit !! Comme moi !!

Pour moi, chaque nouveau projet est une aventure entière qui efface les autres. Toujours neuf, mon plaisir ! Croire en ce que l'on est en train de créer, c'est une source de confiance.

Je me plonge dans le nouveau projet avec enthousiasme même une certaine fébrilité et surtout une joie intense. Partir un peu comme en voyage sur une association de couleurs, une belle pierre... Réunir différents matériaux: du verre sous plusieurs formes: en plaque, en tesselles, en perle tout cela comme... un trésor et les assembler pour faire naître une nouvelle mosaïque...

 

 

Mes choix se font avec une certaine désinvolture, au coup de coeur sans trop mesurer.

Ce qui fait que je produis des images parfois difficiles à rendre en mosaïque mais j'aime bien faire reculer les limites de la technique: bousculer les matières. D'innombrables heures de travail mais je ne compte d'ailleurs pas, je me lance !!! Et... je n'abandonne pas !!

 

 

Dire aussi que je me sens en pleine évolution dans ma manière de créer: j'expérimente quant au sens, à la technique aussi, aux choix des matériaux. Cette recherche d' « assise » est un peu brouillonne, je tatillonne mais je ne désire pas du tout à céder à une rigueur ou à quelque chose de rigide... Je préfère filer le « nez au vent » avec le plaisir de créer, légèrement, sans contrainte... Cerner davantage le fil ou le filon de mes créations, de mon inspiration.

Juste une question de temps...

Magique inspiration: papillon qui se pose... ou pas !"

 

Sylvie Foisel, le 22 janvier 2010

 

J’ai choisi cinq  œuvres pour vous présenter ses univers, ses inspirations :

NGC 3603 by Hubble


IMGP6158copierduite.jpg

L’astronomie est fascinante à plus d’un titre.

Les constellations, les galaxies, l’espace tout entier transportent si loin dans notre imaginaire qu’à vouloir les regarder  et les interpréter, ces vues nous renvoient immédiatement à nos limites, à notre ignorance  tout comme nous voudrions atteindre désespérément l’horizon.

Sylvie se laisse séduire par les tons et  les couleurs  et sa fascination de cet espace "inatténiable" est bien réelle, à l’image d’une étoile inaccessible, à l’image du désir que l’on ne peut assouvir et qui reste cependant un moteur de vie et de recherche.
Sylvie a bien la tête dans les étoiles et les pieds sur terre et ce n’est pas rien de le dire…

Sylvie write:
"The Life of Stars

NASA's Hubble Space Telescope captured this stunning true-color picture of the giant galactic nebula NGC 3603 on March 5, 1999 with its Wide Field Planetary Camera 2.

This single view nicely illustrates the entire stellar life cycle of stars, starting with the Bok globules and giant gaseous pillars, followed by circumstellar disks, and progressing to evolved massive stars in the young starburst cluster. The blue supergiant with its ring and bipolar outflow marks the end of the life cycle."

I choosed this NASA-Hubble view because I've been fascinated by its beauty. But I'm not nor an astronomer (I hope YOU are so that you can understand the picture description lines !) either a photograph (as you see by the picture' quality !!). I try to be a mosaicist !! This is already a great job, isn't it ?!!

 A great pleasure to work on this Sky Landscape.

 I used stained glass, Van Gogh Mirror, Colored Mirror, Bizazza Tiles, Glass Pearls.

 Size: 38x 28 cm"

OKJBcopierduitePM.jpg

Cette composition nous ramène à  l’infiniment petit tout comme NGC 3603 by Hubble nous transporte dans l’infinité et l’irrationnel.

l'épiluminescence ou microscopie à lumière réfléchie est une méthode diagnostique non-invasive, très utile pour l'étude des lésions cutanées…

Ces stratifications  contribuent à l’équilibre de cette représentation microscopique.

Sylvie par cette interprétation  personnelle  nous donne à contempler sa  vision poétique et artistique  de la science et de l’imperceptible, de ce que l’on ne voit pas à l’œil nu.

Sylvie said :

"Little picture for the pleasure of the colors and the shapes. In fact, it is a scientific view and as seeing it, I fall in love with it so I decided to make it by mosaicing.

Made of Emaux de Briare, Little rocks, Glass tiles, Glass beads, Glass stems, Sequined Glass, Karma tiles, White gold tiles.

Large grout."


LaCriquedesPiratesMai2009.jpg

Sylvie a  su trouver ses matières  de prédilection avec lesquelles elle compose des univers galactiques ou tropicaux.

Elle maitrise la couleur et joue avec ses oppositions et ses complémentarités.

Il en ressort une  atmosphère onirique, pittoresque,  galactique, macroscopique  ou microscopique qu’à décrit fort bien Alexandre de Humboldt (1769 - 1859), naturaliste et explorateur allemand  lors de ses campagnes en Amériques. Humboldt et Bonpland, son ami français,  ont exploré la forêt tropicale pour tenter de confirmer la présence, considérée comme impossible, d'un canal naturel entre l'Orénoque et l'Amazone, le Canal de Casiquiare, et de localiser le lieu exact de la source de l'Orénoque. Ils récoltent de nombreux spécimens d'animaux et de plantes inconnus.

Sylvie said :

“This tropical landscape is an invitation to dream... Close your eyes (not always, of course !!), then, you could imagine the Pirates Ship anchored down there in the Creek (= the Cove)...

Made with Stained Glass, Glass Tiles, Copper Wire, Glass Beads and Agate Slice”

M17CommelamerenfuriePaysagecleste.jpg

Ce tableau m’inspire la création, la naissance, la genèse.

Ces mélanges de matière contribuent tout autant à la fusion des genres, l’essence même de toute vie.

A star is born

Also an artist is born

Sans en dire davantage, voila ce qu’en dit Sylvie dans la langue de Shakespeare:

"My inspiration to create this piece is a Hubble Space Telescope view showing as the
fury of a raging sea, a small region within M17, a hotbed of star formation.

M17, also known as the Omega or Swan Nebula, is located about 5500 light-years

 (Constellation Sagittarius.)

I found these shapes and colors so marvelous that I decide to create sthg with the help of our magical mosaic materials (here I used Stained Glass, Glass Tiles, Glass beads, Karma Tiles, VanGogh Mirror, Mother-of-Pearl).

From a larger point of view, work on a view showing stars is really poetical and philosophical, I 'd say... deep for the mind... In short, it was GREAT for me !!"


LaLandeVuegnrale.jpg


Pour moi, la lande est un espace émotionnel  inédit  si bien qu’à l’instant où je la foule, j’ai l’impression de me retrouver dans un espace originel. Ce no man’s land est le plus souvent préservé, vierge et inhabité ou bien  par les seuls hommes et animaux acclimatés à ces terres  difficiles ou exigeantes…

 

J’aime cette  vision minérale de cette lande interprétée par Sylvie qui offre à cet espace vie, écosystème et équilibre.

Dans ce tableau  se dessine  le tableau que je vais découvrir très prochainement à Rouen au Salon des Artistes Indépendants Normands : interprétation d’un ciel normand d’Eugène Boudin.

En Normandie  la peinture impressionniste a trouvé son terrain de prédilection dans ses ciels incomparables et semblables  de ceux d’Irlande ou d’Ecosse ou encore  issues des  ambiances pré-impressionnistes  de Turner.

 

Sylvie dit:  “A landscape inspired by the central jasper medallion. Imagined maybe an Irish or Scottish landscape with water and very little flowers.

Made with Glass tiles, Emaux de Briare, Beads, Shells, Rocks, White gold, Glass tumbled by the sea, Millifiori and last but not least Jasper medallion !”

 

à bientôt
Mélo

 

 

Epiluminescence Sylvie Foisel


Partager cet article
Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 14:24
Eletot - Senneville-sur Fécamp :
Littoral de la Côte d'Albâtre (76)
Haute Normandie - Part 25
Eté 2009 : Randonner - photos rando - Côte d'Albâtre - Littoral Normand - Paysages côtiers Normands - GR21- Sentier de Grande Randonnée - Pays des Hautes Falaises.

Vous êtes toujours en Seine Maritime, perché à 106 m sur le plateau du Pays de Caux surplombant la mer, la Manche...

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0020

Voilà la 25ème étape de ce périple commencé  véritablement en janvier 2008 :
Randonnée  à pied sur le littoral de la Côte d'Albâtre par deux seinomarins et plus parfois:
Aujourd'hui nous étions deux.
Nous sommes partis d'Ault-Onival  en janvier 2008(département de la Somme)

Pour rappel:
Les étapes de 1 à 10 sont consultables dans la rubrique "pages": côte d'Albâtre à pied et les autres qui suivent se trouvent dans les "articles" à consulter.

Pour en savoir plus sur les territoires traversés:

Eletot (Seine-Maritime) Tout savoir sur Eletot en Seine-Maritime (76) ... Un village ou il fait bon vivre.
http://www.eletot.com/ Municipalités (Non Officiel) ...

Eletot - Site officiel de la commune - Accueil Site officiel de la commune d'Eletot en Haute-Normandie (76540)
www.eletot.fr/ -

Situé à 5 kms au nord de Fécamp, accroché à une altitude de 110 m sur le plateau des falaises abruptes, le village de Senneville-sur-Fécamp compte 801 ...
www.villages76.com/sennevillesurfecamp.html


histoire de Senneville

Petit village de la Seine-Maritime dans la région de Haute-Normandie, Senneville-sur-Fécamp fait partie du canton de Fécamp. Située à 109 mètres d'altitude ...
www.annuaire-mairie.fr/mairie-senneville-sur-fecamp.html


Parlons un peu de Senneville sur Fécamp:

en 2008 Senneville sur Fécamp s'est illustré par la séquence d'un repérage d'une équipe de tournage en vue de la réalisation d'un court-métrage intitulé "Histoire de l'aviation" réalisé par Balint Keyneres.
D'après le Courrier Cauchois du vendredi 19 septembre 2008 ce qui intéressait le réalisateur, c'était la valleuse, la mer et l'aspect sauvage du site où ne se voient ni poteaux, ni fils électriques, critères cités dans cet article sur ce "Cinéma par les airs" (titre de cet article)
Ces propos résument assez bien le site, l'intérêt de cet endroit où nature côtoie rivage, plage, galets, falaises, oiseaux, faune, flore...


Reprenons le cours de cette randonnée par étape où partis de Senneville sur Fécamp nous avons rejoint la valleuse d'Eletot par son magnifique escalier ravagé par l'érosion et le temps.
Cette randonnée s'est effectuée à l'aller en longeant le bord des hauts de falaises jusqu'à la valleuse de Senneville pour continuer le parcours côtier par la grève, par le platier à marée basse.
Nous sommes remontés au terme de cette moitié d'étape par l'escalier d'Eletot pour ensuite emprunter le fond de la valleuse (GR21) et  le suivre   jusqu' à Senneville  sur Fécamp en restant souvent à distance du rivage.

Encore une fois de plus, nous pouvons apprécier une météo clémente  et délicieuse en cette fin d'été 2009.



Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0001-copie-1
De Senneville sur Fécamp ( Ebran, lieu dit) avec pour horizon les falaises de Fécamp

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0002
De l'autre côté, vers Eletot et St Pierre en Port

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0003
Falaises de Senneville sur Fécamp

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0004

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0006

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0007

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0008

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0009
La valleuse de la Pierreuse ( lieu- dit )
Descente à la mer de Senneville


Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0010

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0011

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0012

Après ces marches, nous poursuivons par le platier vers Eletot (Valleuse)
par notre droite.

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0013

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0014

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0015

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0016

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0017

Seule remontée sur Eletot par cet escalier

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0018

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0019

Eletot Venesville sur mer septembre 2009 0021

Au loin Eletot, vu  du GR21.

La prochaine étape reprendra du lieu-dit Ebran pour rejoindre par le haut des falaises le Cap Fagnet (Fécamp) tout au dessus du "trou au chien"

à bientôt
Mélo

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 08:53


Irit Levy, mosaïste - Carnet n°1- Artist spotlight
Notes et Carnets d'impressions de Pascal Levaillant (melodymaker)
"Regards croisés" avec d'autres artistes, mosaïstes, peintres, plasticiens, performers, installateurs, sculpteurs, musiciens, photographes, vidéastes, cinéastes, écrivains  etc...


Janvier 2010

Avec l'aimable participation et contribution d'Irit Levy


Big Happiness - medium sizeBig Happiness -  Irit Levy

25x25 cm (10"x10") - not including the frame
30x30 cm (12"x12") - including the frame
Glass, unglazed ceramic tiles and marble.



1- Irit Levy: Notes et carnet d'impressions.

Crédits photos: Irit Levy avec son aimable autorisation, tous droits reservés et reproduction interdite sans l'accord de l'auteur.


 

I feature the work of one of the artists i know for the first time at Exeter 2008 at Opus Mosaic Gallery (Exhibition Planet Earth 2008)


Aujourd’hui, je présente le travail d'un des artistes que j’ai découvert pour la première fois à Exeter en 2008 à la Galerie d'Opus  Mosaic - Exhibition Planet Earth 2008 où j’ai exposé  in Pixel-Artmosaic:

La terre, Obscured by clouds - 2008

 

http://www.opusmosaic.co.uk/


final11My city - Irit Levy

90x70 cm (35"x28.5")
Vitreous tiles.


Ce paysage urbain (My City) m'a étonné par son rythme,   pour la combinaison, la fusion de son mouvement  et de son graphisme.
Ensuite j'ai découvert avec bonheur (Tea break) et un portrait de sa fille, je crois... à Chartres.

Cette approche personnelle  de l'art de la  mosaïque m'est apparue originale et peu semblable à l'ensemble de la production "mosaistique" ambiante...


 

A Man in a Waiting Room -medium-

A Man in a Waiting Room - Irit Levy
44.5x38 cm (17.5"x15")
Stained glass, Vitreous, glazed and unglazed ceramic and marbles tiles.



Tea Break - Irit Levy
80x40 cm (32"x16")
Vitreous tiles, millfiori, stained glass and a few gold tiles.

Tea Break - final


Cette approche des petits riens, de la paresse, de l'oisiveté,  du temps qui passe, du regard tendre sur ses proches, du quotidien soit disant futile m'a capté et m'a incité à découvrir ses autres oeuvres et ses  autres univers artistiques.

 

Ma Petite - framed - smallMa Petite - Irit Levy
50x50 cm (20"x20")
Vitreous and gold tiles.


J'ai donc voulu en savoir plus au fil du temps.


Nous  avons exposé à  Chartres (Automn 2008)et à Exeter pour d'autres oeuvres :

Exhibition Heavens above (June and july 2009) and Exhibition "In the spirit of Chagall " (November and december 2009)


Aujourd'hui  encore, elle rompt sans cesse avec les clichés et les "attendus" que l'on voit à mon goût trop souvent.
Irit s'implique, elle a de l'audace, elle suit plusieurs chemins.


Beaucoup de poésie se dégage de ses oeuvres.
Elle détonne par le choix de ses couleurs.


Sans chercher à tout prix de l'originilaté ou  à  vouloir être originale,  elle transfert brillamment ses esquisses picturales en éblouissantes mosaïques.


The sky is the limit[1]
The Sky is the limit - Irit Levy
40x50 cm (16"x20")
Glass, marble, vitreous tiles and sand.


Irit ne cherche pas non plus l'usage de la matière pour la matière, ses choix et ses applications sont pertinents tout en étant audacieux.
 
Voilà ce que m'évoque la vision des oeuvres d'Irit Levy et c'est toujours un grand bonheur de  découvrir ses oeuvres au fur et à mesure de leurs naissances...
...ce que vous pourrez découvrir sur ses sites et blogs référencés.

Site Web

http://www.iritlevy.com
http://www.flickr.com/photos/irit-levy/
http://iritlevymosaicart.blogspot.com/
http://iritlevyart.wordpress.com/


Merci Irit  Levy pour ces climats, ces émotions et ces ambiances que tu nous fais partager en toute simplicité et en toute modestie

Red Hair Girl[1]
Red Hair Girl -  Irit Levy
25x35 cm
Stained glass, vitreous tiles, Smalti and pebbles.

 

Smiling NudeSmiling Nude - Irit Levy
25.5x36 cm (10"x14")
Glass, Smalti and marble

 

 

 Je vous laisse  aussi découvrir Irit,
vue par elle-même.
Voilà ce qu'elle dit de son art:

From Irit :

"In April 2007 I did my first mosaic, which means that for almost 3 this is all I do, well… almost…

Being a mosaic artist is a real adventure and with every project I face new challenges. Sometimes I succeed, sometimes I fail, but most importantly I enjoy my time with this medium.

If someone asks me what is the most enjoyable part in my mosaic art I’d say – the process. I love choosing the colors, choosing the materials, I love the hesitation before laying the first tile, I love pausing in the middle and rethinking the whole thing, I love the mess, I love the slow process which allows me to grow with the work.

 

All my work is very personal. Everything is derived from my own personal life and that’s one of the reasons I don’t take commissions.

I don’t like to explain my work, partly because I am lazy, but mainly because my art philosophy is that once the art is out in the public it has a life of its own, and everything that happens is between the view and the piece itself. At that point I and my meanings are no longer relevant.

 

My work is minimalist in a way that the object always looks as if it is disconnected from its surrounding.

Sometimes it will be by having nothing in the background, like in Big Happiness, sometimes it is by showing a human figure who is so occupied by himself, like A Man in A Waiting Room or Red Hair Girl.

I have been told several times that my backgrounds are special. I have a lot of movement in the backgrounds even when they are plain. I guess that this is derived from my art education. One of my art teachers used to scold us very often “I want to see your brush movements, I want to see the energy. You are not wall painters”.

And I am trying to create inner energy in my work using the rigid materials of mosaic art.

With every tile I lay on my surface I can still here my professor echoing and I can still hear myself thinking “I wonder what he would say now”

Irit Levy, 12 janvier 2010.

à bientôt

Mélo

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • : ce blog a vocation de compléter par des articles et documents visuels mes pratiques artistiques (elles sont multiples)l
  • Contact

Recherche

Pages: Côte D'albâtre À Pied