Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2022 1 29 /08 /août /2022 08:39

Pascal Levaillant présente la fiche n°6 : la rhubarbe

Fiche réalisée par Pascal Levaillant, artiste botaniste, membre de FVMF depuis 2020. -Références  littéraires, iconographiques de  Jean-Denis et Geneviève ; Michel Chauvet ; - septembre 2022

Introduction

La rhubarbe a dû être cultivée dans ce jardin nourricier antérieurement à l’acquisition du manoir du Fay par la Ville d’Yvetot en 1988.

Au début du 20e siècle, M. Maignan qui a résidé au manoir de 1933 à 1945 confirme que le  jardin nourricier était implanté à cette époque entre l’actuel cerisier qui a remplacé un vieux prunier et l’angle du mur ouest du jardin clos.

L’association A.N.E.T.H. a entretenu ce jardin clos de 1994 à la fin des années 2000.  1994 est la date à laquelle la Ville d’Yvetot a confié la gestion du jardin clos du manoir du Fay avant de la confier par la suite à l’association Faire Vivre le Manoir du Fay au début des années 2010 : (2014).

Le potager en arrière fond devant le mur de bauge

©Pascal Levaillant 2021

Le jardin clos du manoir du Fay (contexte)

Comme de coutume, le jardin clos du Manoir du Fay a été très certainement un jardin potager et nourricier, depuis le début du 17e siècle, comme pour la plupart des petits manoirs décrits par Xavier Pagazini[1] c’est-à-dire un des espaces clos réservés au seigneur, comme le figure plus tard le terrier de 1780 de la Seigneurie de Baons-le-Comte.

 

LE MANOIR DU  FAY extrait du plan terrier de Baons le Comte 1780 FRAD076_12Fi_00

Depuis 2014, Jean-Denis et Geneviève entretiennent le jardin clos et ses parcelles cultivées : légumes, fleurs et rosiers.

Ils achètent les graines et les plants à repiquer qu'ils préparent dans des godets dans leur propre serre dans un petit village du pays de Caux.

Pour les premiers plants au jardin, ils repiquent les échalotes fin février, les pommes de terre vers la fin avril, les haricots en mai puis les betteraves, les blettes. En juin ils sèment les carottes nantaises, les poireaux d'été, les salades feuille de chêne et laitue, les radis fakir. En juillet c'est la période des courges, des potirons, des concombres, des courgettes et la rhubarbe.

Pour les fruits rouges ils procèdent à la cueillette des framboises, des cassis et des groseilles. Tous les ans c'est la récolte des cerises.

Pour les aromatiques ils les entretiennent là où ils se trouvaient par le passé comme également pour l'oseille qu'ils n'ont pas introduite.

Le pied de rhubarbe au jardin clos du manoir du Fay

Le pied de rhubarbe au jardin clos du manoir du Fay

Michel Chauvet[1] décrit ainsi la rhubarbe

en fr. rhubarbe ; ang.rhubarb ; pie-plant (Etats Unis) ; all. rhabarber ; néerl. rabarber ; esp. ruibarbo ; port. ruibarbo ; it. rabarbaro.

Biologie

Plante perenne, robuste, atteignant 1,50 m de haut, munie d'un rhizome épais et de racines charnues, et s'élargissant en touffe.

Variétés

Les cultivars modernes modernes de rhubarbe alimentaire sont des hybrides complexes impliquant R. rhaponticum et R. palmatum. "Victoria" a été l'un des plus cultivés en Europe de l'Ouest. Les premiers cultivars avaient des pétioles verts, mais on préfère maintenant ceux qui présentent une belle couleur rouge. [...].

Histoire

[...] Elle pousse dans les régions au-delà du Bosphore, d'où on la rapporte. Pline confirme que "le rhecoma est apporté dans les régions au-delà du Pont" et s'étend longuement sur ses usages médicinaux. On peut ainsi situer l'arrivée de la rhubarbe au début de notre ère dans le bassin méditerranéen. En latin, elle allait prendre les noms de reubarbarum, reobarbarum, reum ponticum, rhaponticum, raponticum. [...] Ce n'est qu'après l'Hégire que l'on voit apparaître la rhubarbe de Chine dans le commerce. Vers 970, le Persan Abü Mansûr distingue ainsi deux rhubarbes, le riwand-i-sini (de Chine) et le riwand de Khorasan.[...]

A la fin du 13e siècle, Marco Polo rapporte que " Par toutes les montagnes de ces pays [de Tangout] on trouve de la reobarbe en grande abondance ; c'est là que les marchands l'achètent pour la porter à travers le monde." Mais pendant tout le Moyen Âge, les apothicaires méditerranéens ne connaissaient que les produits du commerce, les rhizomes coupés et séchés. Les plantes elles-mêmes n'ont été introduites en Europe que vers le 18e siècle, et leur classification est restée longtemps confuse. Boerhaave serait le premier européen à avoir obtenu des graines en 1732, qui donnèrent deux types de rhubarbe identifiés comme R. palmatum et R. rhaponticum. Vers 1777, Hayward, un pharmacien de Banbury (Oxfordshire, en Grande-Bretagne) commença des cultures commerciales pour la production de rhizomes. Ce n'est qu'en 1810 que les premiers apports de pétioles alimentaires sur le marché de Borough sont attestés. En tant que légume, la rhubarbe n'est devenue un article du commerce européen qu'au début du 19e siècle. Elle est restée surtout une spécialité anglaise, puis nord-américaine.

La cuisine française l'a adoptée vers 1880. [...]

Usages

la partie comestible est constituée par las pétioles charnus. Leur goût acide est dû a des acides malique, oxalique et citrique. Ils ne peuvent se consommer que cuits avec du sucre.

On les utilise surtout en confiture et sur des tartes, ce qui fait que la rhubarbe fait partie des rares légumes que le législateur a distingués comme étant officiellement des fruits. Son goût est souvent réhaussé d'un peu de gingembre ou d'orange amère. [...]

Economie

Les pétioles frais de rhubarbe font partie de l'assortiment classique des marchés. En Europe, la production est concentrée au Royaume-Uni (45000 t dans les années 1960, ,30000 t dans les années 1980), en Allemagne et aux Pays-Bas (7000 t chacun). Les Etats-Unis en produisent environ 10 000 t.

Références : Grieve, 1973 ; Laufer, 1979 ; PROSEA 8, 1993.

 

[1] in : Michel Chauvet auteur de l'encyclopédie des Plantes alimentaires, Belin Editeur, 2018, 567-569.

 

 

 

 

 Le questionnaire Proustien de Levaillant à lui-même.

 

  • Quel rôle joue la rhubarbe au jardin clos ?

 

 "elle semble demeurer immuablement dans son carré"

 

      -    Quel usage en avez-vous personnellement ?

 

 "Personnellement je la consomme en compote, tarte et pour ses racines je les utilisent pour la teinture naturelle"

 

      - Dans quel plat le préférez-vous ?

 "en compote" 

 

      - Est-il présent dans votre propre jardin ?

"non, à cause du manque de place"

 

      - En cuisine quelle sensation éveille-t-il en vous ?

 "une douce acidité acidulée"


       -   Quel est votre conseil en qualité de jardiniers ?

 "C'est une plante alimentaire presque ornementale"


     -  Quel est votre plante alimentaire préférée au jardin ?

"en ce moment le tournesol"

 

Boite de Pétri de tiges de rhubarbe déshydratées © Pascal Levaillant 2019

Herbier contemporain des plantes alimentaires

Voltaire

Hippocrate, Boerhaave, Chirac et Senac n'auraient jamais certainement deviné, en voyant l'arbre du quinquina, qu'il doit guérir la fièvre, ni en voyant la rhubarbe, qu'elle doit purger. [ Voltaire, Facéties, Diatr. doct. Akakia.]

Raynal (Guillaume-Thomas Raynal) : L'abbé Guillaume-Thomas Raynal, né à Lapanouse en Aveyron le 12 avril 1713 et mort à Chaillot le 6 mars 1796 , est un historien, écrivain, penseur et prêtre ...)

"La société formée à Londres pour l'encouragement des arts et du commerce distribua en 1774 des médailles à deux cultivateurs anglais qui avaient recueilli de la rhubarbe d'une qualité supérieure "   RAYNAL    ib. V, 30    rhubarbe

sources : in : http://littre.reverso.net/dictionnaire francais/citation/il_établit_dans_ses_terres_la_culture_de_la/156406 ; in : https://fr.wikipedia.org › wiki › Guillaume-Thomas_Ra... Raynal sur fr.wikipedia.org

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • : ce blog a vocation de compléter par des articles et documents visuels mes pratiques artistiques (elles sont multiples)l
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Pages: Côte D'albâtre À Pied