Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 12:58

Pascal Levaillant présente la fiche n°4 : la pomme de terre

Fiche réalisée par Pascal Levaillant, artiste botaniste, membre de FVMF depuis 2020.
Références scientifiques, littéraires, iconographiques de :  Michel Chauvet auteur de l'encyclopédie des Plantes alimentaires, Belin Editeur, 2018 ; la Ville d'Yvetot ;  les archives du Département de la Seine-Maritime, l'association Faire Vivre le Manoir du Fay ; Denis Langlois ; la ferme de M. F. Galle à Ecalles-Alix,  L'auteur et aquarelliste Yves de Saint-Jean ; M. Maignan ;  Maurice Renard et la Société Centrale d'Agriculture de Seine-Maritime ; Annie Ernaux ;  Flaubert ;  Maupassant ; Jehan le Povremoyne ;  Proust et avec les aimables autorisations et contributions textuelles et visuelles  de  Jean Denis et Geneviève.

Le 7 mai 2022 

 

Botanica, 4eme édition, 3e Ano Liceal, Manuel de Oliviera Faria, estampas A. Masclef, 1893, Livraria Cruz, Braga, 1964, p.85.

 

Introduction

La pomme de terre a dû être cultivée au 18e  siècle dans ce jardin nourricier décrit sur un plan terrier du 18e siècle, antérieurement à l’acquisition du manoir du Fay par la Ville d’Yvetot en 1988.

Au début du 20e siècle, M. Maignan qui a résidé au manoir de 1933 à 1945 confirme que le  jardin nourricier était à cette époque entre l’actuel cerisier qui a remplacé un vieux prunier et l’angle du mur ouest du jardin clos.

L’association A.N.E.T.H. a entretenu ce jardin clos de 1994 à la fin des années 2000.  1994 est la date à laquelle la Ville d’Yvetot a confié la gestion du jardin clos du manoir du Fay avant de la confier par la suite à l’association Faire Vivre le Manoir du Fay au début des années 2010.

In : BALADES EN PAYS DE CAUX, Yves de Saint-Jean, Vinarelle, 2006.

Yves de Saint Jean, né le 14 octobre 1948 à Chenu, est un peintre, dessinateur, écrivain français, spécialiste des aquarelles.

Le manoir du Fay, un édifice public remarquable, l'épure du pays de Caux

Le jardin clos du manoir du Fay (contexte)

Comme de coutume, le jardin clos du Manoir du Fay a été très certainement un jardin potager et nourricier, depuis 1612-1617 (fin de la construction du manoir), comme pour la plupart des petits manoirs décrits par Xavier Pagazini[1] c’est-à-dire un des espaces clos réservés au seigneur, comme le figure plus tard le terrier de 1780 de la Seigneurie de Baons-le-Comte.

Au début du 20e siècle, M. Bernard Maignan, ancien locataire du manoir, nous a informé qu’une partie de ce jardin clos fut réservé à un petit potager et que la pomme de terre était cultivée à son époque.

On aperçoit le jardin nourricier du manoir du Fay divisé en deux parcelles principales tel qu’il fut dessiné pour ce plan terrier.

LE MANOIR DU FAY Plan terrier de Baons le Comte 1780

ADSM FRAD076_12Fi_00

 

Histoire et origine de la plante alimentaire

 

Crédit photo © Pascal Levaillant

La pomme de terre produit et porte des baies contenant les graines sur certaines variétés comme la "César" baies grosses comme des tomates cerises. (in :  ferme de François Galle-Ecalles-Alix, ancienne paroisse de l'ancienne principauté d'Yvetot)

On peut observer les baies que très rarement car elles disparaissent à l'occasion du passage des engins agricoles venant tailler les rangs  après la floraison de la pomme de terre au milieu de l'été afin de revigorer la poursuite de la croissance des plants en terre. Dans son propre potager, certaines variétés en produisent  plus que d'autres à conditions de les laisser croître.

Ces baies sont toxiques, faut-il le souligner ici.

 

La pomme de terre

Biologie et classification et variétés selon Michel Chauvet (extraits)

Fr. pomme de terre ; patate (familier)

Biologie Solanum tuberosum fait partie de la section Petota, sous-section Potatoe du genre Solanum, qui compte plus de 200 espèces à tubercule, répandues du sud-Ouest des Etats-Unis au sud du Chili. Toutes ont un nombre chromosomique de base n = 12. Leur classification a beaucoup varié, la dernière révision datant de 2007 (Spooner et al.).

Il existe par ailleurs 3 espèces cultivées dans les Andes. […] Dans les champs andins, on trouve traditionnellement des pommes de terre de plusieurs types et niveaux ploïdiques. Si l’on s’accorde à situer son origine dans les Andes centrales, ses ancêtres sauvages sont encore controversées. Solanum brevicaule Bitter pourrait être l’un d’entre eux. Solanum tuberosum est maintenant structurée en trois groupes.

Groupe Anigenum

Ce groupe rassemble maintenant la plupart des pommes de terre cultivées dans les Andes, qu’elles soient diploïdes ou tétraploïdes. […]

Groupe Chilotanum

Ce groupe tétraploïde est adapté aux jours longs des basses terres du Chili. Il ressemble morphologiquement au Groupe Tuberonum, et on a parfois émis l’hypothèse qu’il était l’ancêtre direct, ce qui ne s’accorde ni avec les données historiques ni isozymiques.

Groupe Tuberosum

Ce groupe est constitué par les pommes de terre actuelles, qui ont évolué en Europe à partir des premières introductions du nord des Andes. Nos pommes de terre se distinguent de leurs ancêtres par des feuilles disséquées et à folioles plus larges, ainsi que par des tubercules plus gros qui se forment en jours longs.

La pomme de terre est une plantes herbacée vivace, mais cultivée comme une plante annuelle. […] les tubercules peuvent synthétiser de la chlorophylle et une substance toxique, la solanine, s’ils sont à la lumière. Pour cette raison, on butte la plante en culture et on conserve les tubercules à l’obscurité.

10 nuances de pomme de terre

Crédit photo © Pascal Levaillant

 

Variétés

La qualité de la chair est le critère le plus important pour le consommateur. De ce point de vue, les pommes de terre se classent en trois catégories :

  • Les pommes de terre d’usage courant ont une chair à grain moyen (frites et purée)
  • Les pommes de terre à chair ferme ont un grain fin (en salade, à la vapeur ou rissolées)
  • Les pommes de terre féculières sont destinées à l’industrie de la fécule. […]

[…] Les pommes de terre de conservation sont récoltées mures et peuvent se conserver […]

Les pommes de terre de primeur sont récoltées avant maturité, ont une teneur en eau élevée et sont donc périssables. Leur peau très fine peut s’éplucher facilement, et l’on peut même les manger avec la peau. […]

Les pommes de terre de conservation d’usage courant

Peau jaune, chair jaune :

  • ‘Bintje’, la plus cultivée
  • ‘Ker Pondy’

Peau rouge, chair jaune :

  • ‘Urgenta’

Pommes de terre de conservation à chair ferme

Peau jaune, chair jaune :

- ‘BF 15’

- ‘Belle de Fontenay’

- ‘Ratte’

- ‘Viola’

Peau rouge, chair jaune :

  • ‘ Roseval’
  • ‘Rosa’

Pommes de terre de primeur

Peau jaune, chair jaune :

  • ‘Sirtema’
  • ‘Ostara’
  • ‘Bea’
  • ‘Apollo’
  • ‘Spunta’
  • ’Sientje’
  • ‘Claustra’
  • ‘BF15’
  • ‘Roseval’

Pommes de terre féculières

  • ‘kaptah Vandel’

 

In : BALADES EN PAYS DE CAUX, Yves de Saint-Jean, Vinarelle, 2006.

Histoire, selon Michel Chauvet (extraits)

Michel Chauvet nous apprend beaucoup sur la pomme de terre  dans son ouvrage  : Encyclopédie des plantes alimentaires - 700 espèces du monde entier - 1700 dessins, Belin, 2018.

"La pomme de terre pourrait avoir été domestiquée entre 5000 et 2000 avant J.-C. dans les hauts plateaux du lac Titicaca (Bolivie et Pérou). Mais il faut attendre la civilisation mochica (côte nord du Pérou, 1000 ans après J.-C.) pour voir la pomme de terre représentée sur de nombreuses poteries. Elle faisait alors l’objet de commerce depuis de nombreux siècles.  Le premier contact des Européens avec la pomme de terre date de 1537 dans la vallée de Magdalena en Colombie. L’expédition de Gonzalo Jiménez de Quesada a trouvé du maïs, des haricots et des « truffes » dans le village de Sorocotà près de Velez. Les premières mentions de la patata en Europe se trouvent dans les livres de comptes d’un hôpital de Séville pour l’année 1573. […]. La date la plus plausible d'introduction en Europe est donc 1570, via les canaries. [...]

Les premières pommes de terre introduites en Europe venaient de régions  à jours courts, et tubérisaient mal. Il a fallu presque deux siècles pour qu'apparaissent au début du XVIIIe  des formes capables de tubériser en jours longs. […], dès le milieu du XVIIsiècle, la pomme de terre s'est diffusée en Europe centrale, au travers de l'Italie du Nord, comme l'atteste son nom kartoffel, qui vient de l'italien tartuffoli, petites truffes. De l'est, elle arrive dans le Dauphiné, en Alsace dès 1660, puis en Lorraine vers 1680, en Auvergne[…] suivant cette fois-ci l'exemple de l'Irlande, où elle était déjà largement cultivée la Bretagne et la Normandie l'adoptent, et Mustel lui consacre un traité en 1767. Quand Parmentier parvient en 1785 à convaincre la cour de Louis XVI et les savants des bienfaits de la pomme de terre, son rôle s'apparente plus à celui d'un publicitaire avant la lettre  qu'à celui d'un découvreur. [...]."

---------------------------------------------------------------------------------------- 

François-Georges Mustel est né à Rouen le 11 août 1719. Il mourut à Rouen le 3 octobre  1803 à l'âge de 84 ans. Ce rouennais  méconnu cultiva pour la première fois en 1765-1766  en Normandie dans la plaine des Sablons,  la pomme de terre de plants importés d'Angleterre. Il en planta même, peu après dans des terres louées  rive-Gauche à Saint-Sever. Il publia un mémoire sur la culture de la pomme de terre en 1767.  : https://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1953_num_3_1_4239

Petit détour  par Yvetot en Normandie dont un des derniers princes Camille d'Albon II et III (contemporain de Mustel, le Rouennais et de Parmentier, le picard) ; Camille I d'Albon était originaire du Dauphiné, contrée où  fut implantée la pomme de terre déjà en 1540 en Ardèche à Saint Alban d'Ay.

Sachant qu'elle a été introduite en France tout d'abord par le Dauphiné en 1540 venue d'Espagne et plus généralement en 1660, venue d'Italie, il se peut que Camille I d'Albon l'ait mangée en Dauphiné avant qu'il devienne prince d'Yvetot en 1685 et qu'il ne la fasse faire cultiver sur ses terres yvetotaises, telle est une hypothèse plausible puisque sur ses terres près du château reconstruit en 1702, le domaine possédait  pépinière, chopière, basse-cour et verger.

"D’abord en Espagne où elle prendra le nom de patata [...] puis l’Italie taratouffli (petite truffe), l’Irlande potato, l’Allemagne puis la France. Elle est introduite en France vers 1540 et cultivée à Saint-Alban-d’Ay (il s’agissait là de la variété dite « Truffole » ). Elle est figurée pour la première fois par Gaspard Bauhin dans Pinax Theatri Botanici de 1596. Elle est décrite en 1600 par Olivier de Serres, qui la nomme cartoufle (à relier à l’allemand Kartoffel) et déclare à son sujet :  « Cet arbuste dit cartoufle porte fruict de mesme nom », semblable a truffes. Tandis qu’en Italie, Allemagne, Pologne et Russie on mangeait déjà la pomme de terre, en France elle ne fut utilisée que pour nourrir le bétail pendant plus de deux siècles.   "

In : https://www.voyageauperou.info/histoire-de-la-pomme-de-terre/

Saint Alban d'Ay est une commune d'Ardèche.

 

De la pomme de terre au gratin dauphinois

Il est probable que l’élaboration d’un ancêtre du gratin dauphinois soit liée à la diffusion du tubercule en Europe. Sa culture apparaît en 1565 en Italie puis en 1589 pour la Suisse où il s’adapta à merveille aux conditions alpines. On peut donc imaginer les premières tentatives de plat à base de pommes de terre dans le Dauphiné voisin entre le XVIème et le XVIIème siècle. in : https://www.legratindauphinois.fr/histoire-du-gratin-dauphinois/

Le Dauphiné, terre native des princes d'Albon.

Alors que la famille Du Bellay s'éteignait en principauté d'Yvetot,  la principauté passait à la maison de Crevant, puis à la maison d’Albon en 1685, par le mariage de Françoise-Julie de Crevant, princesse souveraine d’Yvetot, avec le comte Camille d’Albon, marquis de Saint-Forgeux. 

Camille d'Albon, Camille Éléonor, marquis de Saint-Forgeux, baron d'Avauges, 
seigneur d'Yvetot, d'Ancy, d'Odieu, de Dareizé, de La Brosse, de La Grange, de La Motte, de Nuelles, de Persange, de Pontcharra, de Saint-Loup, de Saint-Romain-de-Popey, de Sarcey, de Talaru, de Varennes, de Vindry et des Olmes

La famille Camille d'Albon en quelques dates :

1685-1729                                   Camille d’Albon, prince d’Yvetot par son mariage avec Françoise, Julie de Crevant

1729-1746                                   Claude d’Albon

1746-1772                                    Camille II d’Albon

1772-1789                                    Camille III d’Albon

 

"Le dernier marquis d'Albon, prince d'Yvetot s'est éteint le 23 mars 2015 en Région Auvergne-Rhône-Alpes. André d’Albon appartenait à une des plus vieilles familles françaises nobles."

In : https://www.leprogres.fr/rhone/2015/03/26/le-marquis-d-albon-prince-d-yvetot-s-est-eteint-a-l-age-de-91-ans

 

 

La Société Centrale d'Agriculture  de Seine-Maritime

Pour compléter et enrichir les informations que nous livre Michel Chauvet dans son encyclopédie des plantes alimentaires, je suis allé consulter la Société Centrale d'Agriculture de Seine-Maritime dont je suis membre adhérent.  Cette académie est présidée par Marcel Hurard bien connu à Yvetot. Cette académie compte parmi ses membres  Patrick Monville, un de ses membres de son conseil d'administration qui par ailleurs est également un des membres du Conseil d'administration de l'association Faire Vivre le Manoir du Fay. 

La S.C.A vient de publier dans son dernier bulletin annuel 2021, page 14-15,  un article dont un chapitre est consacré à la pomme de terre.

C'est Pierre Watte Vice-président de la Commission départementale des Antiquités, ancien directeur du Muséum d'Histoire naturelle du Havre, Maurice Renard, administrateur de la SCA et Sylvain Thouret, ancien professeur au Lycée Agricole d'Yvetot qui ont rédigé ce chapitre de l'histoire de la pomme de terre qui m'apparaissait utile pour enrichir cette fiche .

Extrait  : 

" Le tsar Nicolas 1er lance la production - les disettes de 1709, de 1710, de 1769 et 1770 contribuent au développement de la production.

1771 : Parmentier obtient un 1er prix à Besançon. Parmentier est originaire de la Somme, né en 1737, il devient pharmacien. 

1785 : à la Saint-Louis, Parmentier offre à Louis XVI un plat de pomme de terre

1787 : Parmentier organise un banquet et reçoit des hommes célèbres ; Lavoisier, Vilmorin, Franklin, Buissonnet, Voltaire entre autres… Il renouvellera le banquet dans la plaine des Sablons en offrant à la dégustation  de 20 plats à base de pommes de terre.

1813 : mort de Parmentier

1813 : l'Académie d'Agriculture constitue une collection de variétés sous l'égide de Vilmorin à Verrières le Buisson

1846 : premier catalogue créé par Philippe Vilmorin contenant 177 variétés.

1881 : un autre catalogue annonce 630 variétés […]

Sylvain Thouret complète par ses annotations " Quel destin amusant que celui de Parmentier qui avait au départ l'intention d'inventer un substitut au blé pour pallier aux époques de disette en inventant un pain fait avec de l'amidon de pommes de terre , ce qu'il a loupé, par contre sans le savoir au départ, il est quand même parvenu à ses fins mais en inventant une autre culture qui a bien contribué à diminuer les famines."

 

Ethnologie, selon Michel Chauvet (extraits)

"Les poteries mochicas du Pérou […] montrent de gros yeux garnis de germes, analogues à des bouches et des dents. […] A Pérou, on révérait   à l'époque historique des papas madres (précoces et constituées de deux tubercules accolées) et des pierres, en forme de pommes de terre. Par contre, les conquistadors espagnols vouaient un profond mépris à cette nourriture d'indiens, qu'ils appelaient turmas de tierra (testicules de terre). […]"

 

Usages selon Michel Chauvet (extraits)

 "[ ...] Il semble qu'on ait cuit la pomme de terre en ragoût et sous les cendres.

Ce n'est que vers la fin du XVIIIsiècle, que se répandent la pomme de terre bouillie, puis la purée. Quand aux frites, dont la paternité est un sujet de discorde entre Belges et Français, elles apparaissent d'abord chez des marchands ambulants vers 1830, et c'est la baisse du prix de l'huile qui va les populariser. [] la pomme de terre fait l'objet de nombreuses transformations industrielles. La purée de flocons, les frites surgelées et les chips sont les plus importantes, mais les produits extrudés pour l'apéritif sont aussi en expansion. 

Enfin la pomme de terre peut se distiller. L'aquavit en Suède, et certaines vodka en Pologne sont à base de pomme de terre.

Hormis ses utilisations alimentaires, la fécule de pomme de terre a de nombreux débouchés industriels."

 

Economie, selon Michel Chauvet  (extraits)

"Avec une production mondiale de 369 millions de tonnes en 2012, d'après la FAO, la pomme de terre est la quatrième plante alimentaire après le blé, le riz et le maïs. […]

En France, il s'en produit 6 670 000 t sur 180 000 ha, tous types confondus. (En Russie , 29,5 millions de t, Ukraine 23,3) [ …] la Belgique (2,93) . […].

La pomme de terre  primeur est le plus souvent récoltée avant maturité et ne se conserve pas […] Les plus précoces  viennent de Noirmoutier, et les principales régions productives sont la Bretagne, la Provence, le Languedoc-Roussillon et l'Aquitaine. […] la pomme de terre primeur fait l'objet d'exportations du Maroc et d'Espagne vers la France, et de la France vers le Royaume-Uni."

Depuis 2014, Jean-Denis et Geneviève sont venus au Manoir du Fay, attirés par sa beauté.

Depuis, bénévolement, ils entretiennent  le jardin clos sur ses parcelles cultivées  : légumes, fleurs et rosiers. Ils achètent les graines et les plants à repiquer qu'ils préparent dans des godets dans leur propre serre dans un petit village du pays de Caux.
Ils se font aider par des jardiniers occasionnels.

Ils pensent ainsi contribuer à l'agrément du jardin clos et à son embellissement ainsi qu'à faire partager leur passion auprès des visiteurs.

Pour les premiers plants au jardin, ils repiquent les échalottes fin février, les pommes de terre vers la fin avril, les haricots en mai puis les betteraves, les blettes. En juin ils sèment les carottes nantaises, les poireaux d'été, les salades feuille de chêne et laitue, les radis fakir. En juillet c'est la période des courges, des potirons, des concombres, des courgettes et la rhubarbe.

Pour les fruits rouges  ils procèdent à la cueillette des  framboises, des cassis et des groseilles. Tous les deux ans c'est la récolte des cerises, arbre sur lequel nous reviendrons.

Pour les aromatiques ils les entretiennent là où ils se trouvaient par le passé comme également pour l'oseille qu'ils n'ont pas introduit.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Les plants sont prêts pour le jardin clos du manoir du Fay

Crédit photo © JDG 2022

Le questionnaire proustien de Levaillant à Jean Denis et Geneviève, membres de l’association « Faire Vivre le Manoir du Fay) et jardiniers du jardin clos depuis 2014.

 

  • Quel rôle joue la pomme de terre au jardin clos ?

 L'intérêt de la pomme de terre tient au fait qu'elle est est riche en glucides : potassium, magnésium  et fibres

      -    Quel usage en avez-vous personnellement ?

 Nous la cuisinons

      - Dans quel plat le préférez-vous ?

 Le gratin dauphinois

      - Est-elle présente dans votre propre jardin ?

 Bien sur

      - En cuisine quelle sensation éveille-t-il en vous ?

 Nous pensons que son goût varié  s'équilibre bien avec d'autres légumes 
       -   Quel est votre conseil en qualité de jardiniers ?

 Nous recommandons de la planter fin avril, début mai à une profondeur de 10 cm, espacée de 40 cm dans un sol léger et drainé.
     -  Quel est votre plante alimentaire préférée au jardin ?

 Bien évidemment le haricot vert.

 

 

La pomme de terre "Charlotte" par Jean Denis et Geneviève

La pomme de terre "charlotte" est une variété française, appellation d'origine de l'Ile de Ré. Créée en Bretagne en 1981.Elle est cultivée pour ses tubercules riches en amidon et elle a  été utilisée pour l'alimentation humaine et animale.

La pomme de terre est originaire des Andes. Elle a été introduite en Europe en 1534, en Espagne, puis en 1588 en Autriche, cultivée en Angleterre en 1585.

Mais en France, on se méfiait de ce légume. On la considérait comme aliment pour le bétail.

Après la famine de 1785, avec le soutien du roi Louis XVI, la culture est lancée et adoptée par les français.

Son origine remonte à environ 8000 ans sur les hauts plateaux de la Cordillère des Andes où elle poussait à l'état sauvage. 

 

 

Jean-Denis travaille une des parcelles pour recevoir les prochains plants de pomme de terre au début du printemps 2022. 

Les deux carrés, en préparation, dédiés à la Charlotte, mars 2022

Crédits photo © JDG et PL - 2022

Ils en parlent...

 

Du côté d'Annie Ernaux :

"Mon père « faisait » les carottes et les poireaux, le chou-navet, l’échalote, l’ail, la ciboule et le persil, l’oseille, le radis noir, les haricots à rames, mange-tout, à écosser - qui sécheraient tout l’hiver suspendus dans le grenier- les pois gourmands, les pommes de terre, qu’on dégustait, nouvelles, avec du beurre, les fraises dont je guettais en juin sous les feuilles le rougissement. Il « ne faisait pas » la tomate, l’asperge, l’épinard, le concombre, l’artichaut, qui, affirmait-il, ne « viennent pas par ici ».

L’été, j’entendais le bruit mat et régulier de son louchet aplatissant la terre."

extrait du texte d'Annie Ernaux - in : https://yvetotpatrimoinevegetal.over-blog.com/2020/11/003-l-histoire-du-patrimoine-vegetal-d-yvetot-1021-2021-preface-d-annie-ernaux.html

 

Du côté de  Gustave Flaubert :

Ils avaient été sur les rives de l’Orne, choisir des granits, les avaient cassés, numérotés, rapportés eux-mêmes dans une charrette, puis avaient joint les morceaux avec du ciment, en les accumulant les uns pardessus les autres ; et au milieu du gazon se dressait un rocher, pareil à une gigantesque pomme de terre."

In : https://flaubert-v1.univ-rouen.fr/oeuvres/bouvard_et_pecuchet.php

 

Du côté de Maupassant

"Au bord d'un chemin, sur un tas de hardes, un tout petit enfant, assis les jambes ouvertes, jouait avec une pomme de terre qu'il laissait parfois tomber dans sa robe, tandis que cinq femmes, courbées et la croupe en l'air, piquaient des brins de colza dans la plaine voisine. "

In : http://textes.libres.free.fr/francais/guy-de-maupassant_le-pere-amable.htm

 

Du côté de Jehan le Povremoyne :

"la paysanne y jetait à poignées les légumes de saison, largement lavés dans un plein seau d'eau, choux, carottes, poireaux, navets, pommes de terre, oseille, oignons. Une main de gros sel craquant. Un morceau de beurre qui fondait en trainées d'or…"

In : Jehan le Povremoyne, contes normands, ma grand-mère paysanne, la soupe à l'oseille.

 

Du côté de Marcel Proust :

"Bergotte mangea quelques pommes de terre, sortit et entra à l'exposition. Dès les premières marches qu'il eut à gravir, il fut pris d'étourdissements. Il passa devant plusieurs tableaux et eut l'impression de la sécheresse et de l'inutilité d'un art si factice, et qui ne valait pas les courants d'air et de soleil d'un palazzo de Venise, ou d'une simple maison au bord de la mer. "

In : https://marcel-proust.com/extrait/526

 

Ma recette préférée : le gratin dauphinois

Beurrer et ailer un plat en terre cuite.

Garnir le plat avec des lamelles de pommes de terre.

Couvrir la garniture au 3/4 avec un mélange de lait, crème fraîche, beurre.

Saler, poivrez

Mettre au four à 135° jusqu'à ce que la pomme de terre soit cuite et rissolée par le dessus.

Ma préférence est de déguster le gratin dauphinois avec un saucisson de Lyon cuit au vin rouge (beaujolais) en papillote au barbecue.

La maison Hardy de Rouen prépare d'excellents saucissons de Lyon à la pistache, à cuire.

Maison Hardy, 22 Pl. du Vieux Marché, 76000 Rouen, France

 

Lamelles

Ail

Couches

Saler, poivrer

Couvrir au 3/45 de lait et couvrir de lamelles de beurre

3 heures de cuisson au four à 135° 

Cuit à point, sorti du four

Crédit photo © Pascal Levaillant 2022

Cette fiche n°4 consacrée à la pomme de terre est susceptible d'être complétée par de nouveaux visuels et par d'autres apports textuels au fur et à mesure

à suivre...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • : ce blog a vocation de compléter par des articles et documents visuels mes pratiques artistiques (elles sont multiples)l
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Pages: Côte D'albâtre À Pied